Il y a quelques mois, le film d’animation Crusoé faisait son apparition dans les salles. Une revisite d’un classique qui a maintes fois été adapté, mais qui réussit encore à impressionner. D’abord destiné aux plus jeunes, le dessin animé a aussi attiré les adultes venus redécouvrir l’histoire si particulière de ce naufragé. Pour cette nouveauté, nWave n’a pas fait dans la demi-mesure, car l’histoire apporte de la fraicheur à un récit qui était en train d’accumuler les traces du temps.

Un naufrage vu par les animaux

robinson_crusoeNous connaissons tous l’histoire de Robinson Crusoé, ce jeune anglais qui fait naufrage au milieu de nulle part alors que son bateau sombre au fond des mers. Dans l’adaptation animée de 2016, les bases du récit restent les mêmes. La petite originalité réside dans le fait que les péripéties du jeune homme sont vues à travers les yeux d’une bande d’animaux plutôt sympas. En effet, Crusoé relate avant tout la vie d’un perroquet souhaitant découvrir de nouveaux horizons.

Lorsqu’une créature étrange à la tignasse improbable débarque sur son île, le petit oiseau sollicite l’aide des autres animaux pour lui porter secours. Alors que l’humain se sent seul et perdu, les animaux à la personnalité bien trempée veillent sur lui et l’aident à survivre sur ce bout de terre éloigné de toute civilisation.

Une 3D à couper le souffle

Le studio belge signe un petit exploit avec la 3D de Crusoé. La modélisation comme l’animation sont très bien faites, intégrant la fluidité des mouvements dans un décor tout aussi détaillé. Aucune mauvaise surprise au niveau des graphismes qui n’ont rien à envier à des projets plus conséquents. La réalisation est d’ailleurs digne des plus grands films d’animation, et les valeurs de plan sont exploitées avec brio. Des avantages qui favorisent l’immersion, et grâce auxquels il devient facile de plonger entièrement dans cette version de l’histoire que le fringuant perroquet raconte sans réserve.

Pour nWave, c’est une occasion de donner un autre point de vue sur les célèbres aventures de Crusoé, mais surtout de se focaliser sur la personnalité des animaux. Ici, la 3D n’est pas seulement un outil de modélisation, car son efficacité est utilisée pour souligner les moments forts du film. De l’arrivée de Robinson au dénouement du récit, cette 3D bien maitrisée est le principal atout de l’animation.

Un scénario bien ficelé, mais un personnage plat

robinsoncrusoeOn ne peut pas visionner ce dessin animé sans saluer l’effort que le studio belge a déployé pour son scénario. Alors que tout est pensé de manière cohérente, le personnage de Robinson manque cruellement d’intérêt. D’aucuns diront que le film se focalise trop sur le rôle que les animaux ont joué dans cette histoire, d’autres que le manque de vitalité de Crusoé est peut-être volontaire. Le fait est que le personnage est plus plat que la lame de bois qui le ramène sur les rives ! Pour le jeune public, cette condition n’a rien de choquant, quand les plus grands trouveront Crusoé plus insupportable qu’autre chose.